1987 - FREDDY 3 : LES GRIFFES DU CAUCHEMAR

 
(A Nightmare on Elm Street part 3 : Dream Warrior)
De Chuck Russell (USA)
Avec Heather Langenkamp, Craig Wasson, Patricia Arquette, Robert Englund, Ken Sagoes, John Saxon
   
Après la grosse déception de La Revanche de Freddy, cette seconde séquelle relève le niveau, même si elle n’arrive pas à la cheville des Griffes de la Nuit, qui avait épuisé toutes les ressources de son génial concept. Wes Craven accepte pourtant de participer à l’écriture du scénario, aux côtés de Chuck Russell, Bruce Wagner et Frank Darabont (futur réalisateur des Evadés et de La Ligne Verte). Sept adolescents se rencontrent dans un hôpital psychiatrique. Chacun d’entre eux vit près d’Elm Street et a tenté de se suicider après des cauchemars atroces. Le Dr Neil Goldman (Craig Wasson) est perplexe, et Nancy Thompson (Heather Langenkamp, reprenant son rôle des Griffes de la Nuit ) se joint à son équipe. Désormais psychiatre, elle sait que les enfants sont tourmentés par l’esprit de Freddy Krueger, le tueur d’enfants qui fut brûlé vif, toujours avide de prendre sa revanche sur les enfants de ceux qui l’ont tué. Au cours d’un cauchemar, la jeune Kristen réussit à faire intervenir Nancy dans son rêve pour l’aider à fuir Freddy. Après plusieurs morts sanglantes, les adolescents survivants décident d’affronter Freddy tous ensemble, dans le monde des rêves…

L’intrigue de ce Freddy 3 a au moins le mérite de retrouver un peu de la rigueur évacuée dans la séquelle de Jack Sholder : Freddy redevient le croquemitaine qui ne tue que dans les rêves, via une série de séquences oniriques impressionnantes qui – et ce sera le cas pour toutes les séquelles à venir - constituent l’intérêt essentiel du film. Attribuons une mention spéciale à la marionnette à tête d’argile qui, animée image par image, prend les traits de Freddy. Celle-ci coupe les fils qui la retiennent avec ses griffes puis tombe au sol, en une chorégraphie qui annonce le futur travail de David Allen sur la série Puppet Master. Dans la suite de cette séquence, Freddy atteint sa taille humaine et est donc interprété par Robert Englund, sous un maquillage de Kevin Yagher. Il manipule alors le malheureux dormeur comme le ferait un marionnettiste, les artères et les veines de la victime tenant lieu de fils !

Doug Beswick, responsable du passage très furtif en animation, se rattrape au cours du final où il anime le squelette de Freddy, au milieu d’un cimetière de voitures. « Cette séquence est évidemment un hommage à Ray Harryhausen, et nous y pensions tout le temps pendant que nous la tournions », nous avoue Beswick. « Chuck Russell est lui aussi un grand fan de Harryhausen. Nous étions donc tous heureux de pouvoir tourner notre propre version du combat du héros contre un squelette à la manière du Septième Voyage de Sinbad. » (1) Le look sinistre du squelette et son animation très soignée sont hélas desservis par des effets visuels ratés. Aux côtés d’Heather Langenkamp et John Saxon, reprenant du service trois ans après Les Griffes de la Nuit, Craig Wasson campe un médecin bien fade en regard des possibilités que nous lui connaissons, surtout depuis son extraordinaire prestation dans le Body Double de Brian de Palma. Au détour du casting, on trouve aussi la jeune Patricia Arquette, pas encore connue du grand public, qui manque de se faire dévorer par Freddy mué en serpent géant phallique !

(1) Propos recueillis par votre serviteur en avril 1998

© Gilles Penso
Thema:  Rêves

Voir aussi
Freddy : Les Griffes de la Nuit (2010)

BONUS : Action !



BONUS : Dessin du poster original par Matthew Peak


BONUS : Kevin Yagher sculpte le serpent-Freddy


BONUS : Une figurine en argile sculptée par Yancy Calzada et animée par Doug Beswick


BONUS : Yancy Calzada et la figurine du squelette de Freddy


BONUS : Freddy s'apprête à engloutir Patricia Arquette